Wikia

Memory Alpha

Directive première

Discussion0
9 003pages sur
ce wiki
Fichier:Flintlocktraining.jpg
Fichier:Mintakans.jpg
Cet article mérite une attention particulière Cet page a été identifiée comme page à (re)travailler. SVP parcourez cet article et sa page de discussion afin de voir ce qui serait utile à son amélioration avant d'éditer. Pour toutes questions, utilisez la "page de discussion". Contactez votre administrateur si vous n'avez obtenu aucune réponse. Merci.

Il s'agit de la consigne fondamentale, ferme et ultime dictée à tout explorateur galactique se réclamant des lois et se ralliant à l'étendard de la Fédération Unie des Planètes. Elle se formule comme suit: Ne pas interférer avec le cours naturel du développment social des cultures rencontrées lors du voyage interstellaire et éviter tout contact explicite avec des cultures ne dominant pas encore ledit voyage interstellaire.


Née d'une réflexion critique suite aux premiers contacts ratés avec l'Empire Klingon et à ses conséquences tragiques, la Directive première, dite aussi Première Directive, a inévitablement fait l'objet d'un certain nombre d'infractions historiques dont l'impact fut habituellement désastreux. Diplomate particulièrement nonchalant à ses heures, le capitaine James T. Kirk se donna souvent le droit autoproclamé d'infliger à la Directive première un certain nombre de distortions assez aventureuses. Ainsi, dans A Private Little War, Kirk se lance dans une sorte de course aux armements primitive et fait traverser plusieurs siècles d'évolution des technologie guerrières et armurières à la peuplade placide et pacifique du chef Tyree de la planète Neural simplement parce que les Klingons, qui n'étaient pas encore membres de la Fédération Unie des Planètes à cette époque et n'étaient donc pas liés pas la Directive première, appliquent la même procédure cynique avec la peuplade du chef Apella, ennemi des proches de Tyree sur la scène (microscopiquement) locale.


Lors des explorations de la seconde génération, le capitaine Jean-Luc Picard appliqua plus strictement la Directive première, en y voyant moins une restriction légale contraignante qu'une philosophie fondamentale de l'interaction entre les cultures. Ses infractions à la Directive première se firent toujours à son strict corps défendant. Ainsi, dans Who Watches the Watchers?, une peuplade Mintakan, des proto-vulcains primitifs mais très articulés, entre par erreur en interaction avec des ethnologues de la Fédération, suite à l'explosion accidentelle d'une de leurs caches d'observation et au contact involontaire d'un de leurs observateurs blessé avec la peuplade. S'apercevant que les Mintakan risquent de perdre leur rationalité naturelle en prenant les explorateurs interstellaires pour des dieux, Picard décide de couper court au délire naissant et de tout leur déballer de la conjoncture galactique. Il préfère en effet s'expliquer ouvertement et prendre le contrôle rationnel d'une infraction involontaire à la Directive pour en restreindre l'impact et limiter au mieux les dégâts culturels.


La rigueur doctrinale de Picard sur la question de la Directive première ratisse large et en vient à s'appliquer aussi à de nombreux aspects de l'interaction de son équipage avec toutes les cultures extra-terrestres, même les plus avancées. Cela lui a souvent occasionné des conflits cornéliens avec ses officiers supérieurs, notamment ses médecins de bord. En effet, ces deux femmes, tributaires d'un sens éthique à la fois plus libre et plus ample que celui de la bureaucratie galactique, n'hésitèrent pas à questionner une doctrime de non interférence abstraite et aux contours parfois vétillards autorisant trop souvent les membres des missions d'exploration à fermer les yeux sur des actions perçues comme des crimes majeurs ou des exactions flagrantes par la morale humaine fondamentale. Parfois, Picard cède à ses officiers (ou à sa conscience) et enfreint la Directive, comme dans Justice, ou il empêche les Edo de Rubicun III d'exécuter Wesley Crusher parce qu'il a cassé une petite clôture et trébuché sur une pelouse interdite. Le motif humanitaire élémentaire est aussi souvent invoqué pour questionner la légitimité de la Directive première. Dans Suspicions, en cherchant l'assassin d'un scintifique Ferengi qu'elle respecte, Beverly Crusher viole l'esprit de la directive de non interférence entre les cultures qui lui dicte ici que le corps d'un Ferengi ne doit pas être altéré avant que le rituel mortuaire Ferengi ne lui soit appliqué. Crusher procède à l'autopsie de l'homme de science, sans succès. Cela lui attire les foudres de Picard et lui coûte presque sa carrière. Dans Pen Pals, c'est Katherine Pulaski qui appuie sans réserve l'initiative de Data lorsqu'il répond à l'appel radio de Sarjenka, une petite fille issue d'une culture pré-interstellaire dont la planète est menacée de destruction par un cataclysme sismique.

Wikis de Wikia à la une

Wiki au hasard